j'avais hier une soirée bien chargée...
première partie : la fameuse et sacro sainte réunion parents/profs pour victor, pendant laquelle j'ai entendu, devant chaque prof, que mon fils était brillant mais devait accepter que certains de ses camarades n'aient pas le temps de bavarder en cours, eux, et que la priorité de la sixième n'était pas de faire tomber les filles... [ déjà?!]

seconde partie : un atelier parent sur le thème "écouter pour que les enfants parlent, parler pour que les enfants écoutent". un cycle de huit ateliers pour transformer la relation à nos enfants. le premier thème était "comment aider notre enfant quand il est au prise avec des sentiments difficiles?".
petite mise en situation. imaginez, vous avez passé une journée sous pression au boulot, votre supérieur vous a demandé un travail que vous n'avez as eu le temps de faire. il vous passe un savon devant des collègues. vous rentrez chez vous dépité.
heuresement vous croisez sur le chemin du retour un ami. vous déballez votre sac. l'ami, au choix, vous donne des conseils / donne raison à votre patron / pleure avec vous parce que c'est trop injuste / philosophe / nie vos sentiments / vous assaillent de questions...
à chaque réponse possible de l'ami, nous devions écrire ce que nous ressentions. colère, injustice, baisse de l'estime de soi, fermeture, doute... voilà ce qui est ressorti...
combien de fois ai je dit à un enfant qui parlait d'une injustice vécue à l'école "mais non, tu verras, ça va s'arranger! essaie de comprendre untel aussi! et puis tu devrais peut être faire ceci ou cela..." ? et donc en toute logique mon enfant a dû à son tour ressentir colère / injustice / sentiment de ne pas être compris / baisse de l'estime de soi...
alors que ce que nous attendions en racontant nos malheurs, ce que mon enfant attendait, c'était juste d'être entendu.  dans un silence bienveillant ou dans la reformulation du sentiment. pour en sortir et trouver tout seul une solution...

j'ai 15 jours pour m'entraîner à écouter mes enfants, mettre en place un autre mode de communication... bienfaisants pour eux et pour moi... ça risque de ne pas être simple de se sortir de mes habitudes de réponses types... mais je suis pleine de bonne volonté, c'est déjà ça!
et la prochaine fois que victor viendra me voir en me disant qu'il s'embête à l'école, j'essaierai de ne pas lui dire qu'il n'a pas le choix, qu'il doit faire des efforts, mais plutôt de me la fermer pour qu'il aille au bout de ce qu'il a à dire...
[ si vous êtes intéressez, je vous parlerai des prochains ateliers...]


bon mercredi! (chouette, plein d'occasions de s'entraîner!...)