DSC_0020

"Ecrire, me semble-t-il doit être un moyen de se découvrir, de se connaître, de travailler à s'élever, à devenir meilleur. L'homme de bien oeuvre en lui-même sans relâche, est-il écrit dans le Livre des Mutations. C'est le travail exigeant et incessant qui peut remplir une vie, lui donner un sens, faire éclore en elle un peu de lumière."
Charles Juliet, Au pays du long nuage blanc

J'aime ceux qui cherchent. Qui se posent des questions et cherchent à devenir meilleur pour eux-mêmes et pour les autres. Je suis curieuse de ces vies intérieures dont parfois on ne décèle pas le millième en regardant un visage. Qu'est-ce qui les taraudent? Qu'est-ce qui bouillonnent en eux?
J'envie ceux qui ne se posent pas de question. Parce que la vie est une évidence. Parce qu'ils suivent leur petit bonhomme de chemin. Parce que tout est possible à partir du moment où l'idée a germé dans leur esprit. puisque l'idée est là, il doit bien y avoir un moyen de la réaliser...

Quand je couds et tricote mes mains sont au travail. Mon esprit voyage à droite et à gauche, les pensées s'enchaînent mais je ne les retiens pas. Elles sont libres et indépendantes de ma volonté. Une forme de méditation.
Quand j'écris, mon esprit est aux aguets. Il furette et va chercher dans les recoins souvent ignorés, ma terra incognita, des images et les mots qui leur correspondent. Il cherche le fil, structure, corrige.
J'ai besoin des deux.